Tourisme au Tchad

Publié le par Brahim Ibni-oumar














Particulièrement appréciées.

Cependant, le grand nombre de mines dispersées et l'existence d'un conflit armé n'incite plus au tourisme dans cette région avec un grand nombre de militaires présents sur le terrain.

Le lac Tchad constitue à lui seul un monument touristique avec ses chenaux entourés de hautes herbes propres à l'observation de la faune (milliers d'oiseaux et troupeaux d'hippopotames etc..). 
Dans la Zone Soudano-Sahélienne, divers parcs regroupent l'essentiel de la faune sauvage en particulier à Zakouma (soutenu par un programme de l'union européenne) et Manda (coopération française). Ces zones sont d'accès très difficile en véhicules et il n'existe qu'un hébergement sommaire sur place. Diverses zones de chasse existent en particulier le long du Chari au Centre et au Sud du pays (Bhar Aouk). Cependant, cette activité est depuis deux ans très réglementée et l'obtention du permis de chasser est devenue plus difficile et reste liée à un droit de chasse dans une zone bien déterminée. 

Le Tchad était, jusqu'aux conflits armés des années 80, l'un des pays les mieux dotés en faune d'Afrique, mais les véritables carnages qui ont eu lieu à l'époque ont décimé les animaux dont les survivants se sont dispersés.
Il y a encore 20 ans, il n'était pas rare de voir des éléphants sur le site actuel de l'aéroport. Il est probable que comme dans d'autres pays, les lions ont été décimés par les éleveurs compte tenu du danger qu'ils représentent pour les bovins.

L'activité artisanale locale est très limitée, la plupart des objets de valeur qui se négocient ici sont importés de pays voisins (Niger ou Afrique de l'Ouest) ou du moyen orient (tapis).







LES SITES TOURISTIQUES

Le Tchad dispose de nombreux sites touristiques à travers tout le pays.

La zone saoudienne 

Le Sud du pays offre d'importants attraits touristiques, les lacs de Léré, de Tikem, de Tréné, de Torrock, chutes Gauthiot, grottes, rivières poissonneuses, pêches et chasses sportives, parcs nationaux et réserves de faune de grande qualité architecture traditionnelle, (cases-obus des Mouloui, habitations Moundang...), vestiges archéologiques, folklore d'intérêt exceptionnel et artisanat varié, calebasses pyrogravées d'idéogrammes anciens et modernes, nattes et vanneries, métaux forgés coulés selon le procédé dit de la "cire perdue" poteries rituelles et à usage domestique, pirogues et tam-tam, tissages traditionnels, instruments de musique, rituelles d'initiation...

Le Borkou-Ennedi-Tibesti :

La palmeraie de Faya Largeau, les ruines à proximité des localités de Yen, Ai-Galaka et Kirdimi, les grottes et fresques de Kazer et de Yarda, les sites préhistoriques de Fada et Oudinuger et les gravures rupestres de Zouar, le Guelta d'Archei, un étroit canyon aux parois verticales et murailles de rocher rouge percées habitées par les cynocéphales, les grandioses pics du Tibesti : l'Emi-Koussi (3,415 m), les aiguilles de Sissé, le trou au natron (vaste cratère volcanique avec lac et cône adventif de 8 km de diamètre et 700m de profondeur), la palmeraie de Bardaï, le Soléatare de Sborom source thermale riche en sulfate et acide sulfurique, le Gonoa. 

Le Ouaddai : 

Les ruines de Ouara, ancienne capitale du Ouaddai

La zone sahélienne 

Aussi riche que la zone saharienne, elle propose à l'Ouest le Lac Tchad et sa région avec ses îles flottantes, sa faune aquatique, la station touristique de Douguia "le Rambouillet du Tchad", la montagne aux éléphants; et dans la ville de N'djamena et ses pourtours, ses marchés, son musée national, la grande mosquée du Toi Fayçal, sa cathédrale, son centre artisanal de Béguinage, les buttes SAO du village historique de Guaoui et le pittoresque village de pécheurs de Logone Gana, la station touristique de Douguia, la réserve de Faune de Mandélia, Hadjer El Hamis... 

Le Lac Filtri, situé au centre du pays dans le département du Batha, constitue une zone humide d'importance internationale (habitat d'oiseaux aquatiques) et classée par la convention de Ramsar comme réserve de la biosphère. 

Le Guera et le Salamat : 

Le Mont Guéra (1.613 m), le Lac Iro, le Parc national de Zakouma de 300.000 ha. 

Le Moyen-Chari : 

Le Parc National de Manda (108.000 ha), le Musée et centre artisanal de Sarh. 

Le Logone Oriental :

Les Monts de Lam (1.163 m) 

Le mayo-Kebbi : 

Les lacs de Léré, Tréné et Toupouri ; la forêt fossilisée. 

Douguia :

Petit hôtel / restaurant situé sur les bords du Chari, à environ 70 km de route goudronnée de N’Djaména (route de l’Est, en direction d’Abéché).
Il possède une piscine et offre la possibilité de louer un bateau pour des promenades sur le fleuve.
Cet hôtel constitue une réserve de chasse, pour les adeptes de la chasse aux canards.
Chambres climatisées, d’un confort sommaire à 20 000 FCFA. 
Petits déjeuners : 1 800 FCFA. 
Repas : 10 000 FCFA.
L’hôtel est relié par radio à la société de construction en Afrique (SAC), située à N’Djaména et qui transmet les réservations,

Tél. : (235) 52.24.45 ou 52.31.41 (Safari Tchad). 

Hadjer El Hamis (ou le rocher aux éléphants) :

Rochers d’origine volcanique, reliefs typiques de la zone soudano-sahélienne.

Excursion d’une journée, avec repas à Douguia ou pique-nique sur place.

L’excursion se fait en saison sèche et un véhicule tout terrain, équipé de 4 roues motrices, est indispensable, car l’arrivée sur le site comporte des passages sableux.

Itinéraire : prendre la route goudronnée de l’Est (direction Abéché) et traverser le hameau de Lamadji (10 km de N’Djaména), puis le village de Pont-Bélilé (15 km), où se trouve une fromagerie. Ensuite, à 30 km de la capitale, prendre la route de gauche indiquée « Douguia ». Suivre cette route jusqu’au village de Karal (on doit bifurquer à droite au niveau des carrières de latérite de Dandi, car la route qui continue tout droit mène au village de Djimtilo, au bord du lac Tchad). A la fin de la route goudronnée, à Karal, partir sur la droite et prendre la piste qui passe à l’est de la grande mosquée (à côté du marché). Si le temps est clair, on peut déjà apercevoir les cinq aiguilles qui se dressent brutalement au-dessus de la plaine. Il suffit alors de suivre la piste, qui est bonne mais sablonneuse, jusqu’au cirque central où on peut parquer la voiture.

Sur place : Quatre dômes sont alignés et font face au cinquième pain de sucre plus massif. L’un des rochers ressemble étrangement à un éléphant. On peut facilement grimper sur les rochers pour se faufiler entre les jambes et la trompe de l’éléphant (des enfants sur place nous montrent le chemin). Un autre rocher, situé derrière « l’éléphant » est creusé d’une immense grotte, peuplée de chauve-souris, avec un panorama magnifique sur la plaine environnante et le lac Tchad. On peut ensuite reprendre la voiture, contourner les rochers, et pique-niquer au pied du massif, à l’ombre des acacias.

Djimtilo 

Ce village que l’on peut rejoindre en prenant la route de droite à l’embranchement des mines de latérites de Dandi (en venant de Karal) est un lieu classique de balade en pirogue.

Gaoui 

Petit village kotoko de potières, situé à 10 km de N’Djaména, sur les plaines inondables des berges du Chari. Excursion d’une demi-journée, uniquement en saison sèche (piste inondée de juin à octobre).
Itinéraire : à partir du parc automobile de Diguel, prendre la piste indiquée, sur la droite en venant du marché de Dembé (avant le marché à bétail). La piste est un peu plus difficile à suivre entre les habitations des quartiers, ne pas hésiter à se renseigner et à confirmer la bonne direction à chaque embranchement.
Description sommaire du trajet : prendre la piste à droite indiquée par le panneau ; celle-ci bifurque à angle droit sur la droite, au niveau d’une place occupée par un petit marché que l’on traverse. Ensuite, la piste repart à angle droit sur la gauche ; la suivre et quitter les habitations pour traverser une vaste plaine. Au seul embranchement sur cette plaine, prendre la piste de gauche qui mène au village de Gaoui. Se garer sur la place centrale, à côté du musée.
Sur place : visite du musée(architecture kotoko typique ; poteries, instruments et histoire des Sao et des Kotoko). Promenade dans le village, réputé pour ses potières, où il est possible de les observer en train de confectionner des jarres, bols, etc.

Le marché de Maïlao :

Situé à 80 km de N’Djaména, le marché se tient exclusivement le dimanche. On peut rencontrer les diverses ethnies des environs et acheter vanneries, calebasses pyrogravées de toutes formes, sékos, etc.
L’accès se fait depuis Chagoua : traverser le pont de Chagoua et poursuivre la route goudronnée tout droit, le long du Chari (attention au retour car les policiers qui assurent la circulation alternée sur le pont quittent leur poste à 17 h…)

 Le marché de Linia :

Situé à 30 km de N’Djaména, le marché se tient exclusivement le dimanche. C’est le point de rendez-vous des Peuls en fin de saison sèche ; les femmes arabes et peules, parées de bijoux d’argent, viennent y vendre le lait caillé et le beurre.
L’accès se fait depuis Chagoua : prendre la piste de Massenya, au rond-point de Chagoua.

Logone Gana :

Petit village kotoko, accessible par la route en saison sèche, ou par pirogue depuis Maïlao en saison des pluies. Visite du village, marché le jeudi, fête de la pêche au cœur de la saison sèche (vers mi-mars).
L’accès se fait depuis le village de Maïlao : quitter la route goudronnée pour prendre la piste qui part sur la droite de celle-ci, un peu après le marché (vieux panneau indicateur à ce niveau). Rester sur la piste principale pendant 18 km, en traversant des vastes étendues de prairies de décrue, pour arriver à Logone Gana.

 










EXCURSIONS PROPOSÉES PAR L'AGENCE TCHAD  ÉVASION  
 

Cette agence de voyage et de tourisme propose surtout des expéditions dans le désert de l’Ennedi (15 jours) ou du Tibesti (non recommandé pour l’instant, car présence de mines et d’une rébellion armée), ainsi que des safaris dans le parc de Zakouma (7 jours) ou d’autres circuits de 4 à 10 jours, mais elle offre également quelques possibilités de sorties sur une journée ou un week-end :

 
Week-end au lac Tchad (1 ou 2 jours) - Circuit de 2 jours : pique nique à Hadjer El Hamis ; bivouac à Djimtilo, au bord du Chari, dans le jardin de l’agence (tentes, matelas, repas chaud) ; promenade en bateau sur le Chari et à l’embouchure du lac Tchad, visite d’un village de pêcheurs du lac Tchad. Tarif : 40 000 FCFA par personne par jour. 

 Randonnée chamelière au bord du Chari (1 ou 2 jours)
- 2 h de chameau ; pique-nique au bord du Chari ; promenade en pirogue et baignade possible ; tentes, matelas et repas chaud (si 2 jours). Tarif : 40 000 FCFA par personne par jour.

 N’Djaména et alentours (1 jour)
- Location de voitures avec chauffeur pour découvrir la capitale et ses environs ; Tarif : voiture à 30 000 FCFA par jour, 4x4 à 75 000 FCFA par jour.

 
NB: ces prix sont cautions  aux modifications


 

 

Commenter cet article