Faire des Affaires au Tchad

Publié le par Brahim Ibni-oumar

Faire des Affaires au Tchad

Parmi les secteurs qui offrent les meilleurs débouchés aux entreprises américaines et canadiennes, on peut citer : les hydrocarbures, les Infrastructures, les Mines, l’Agriculture, l’élevage, le Tourisme, les Transports, les Télécommunications. Le Tchad constitue un marché de premier ordre pour un certain nombre d’entreprises de service dans des domaines aussi variés que le génie, la gestion, la nouvelle économie, l’éducation, la santé, l’informatique, la Technologie de l’information et les services bancaires et financiers pour n’en nommer que quelques-uns.


 LES OPPORTUNITÉS D'AFFAIRES


Partenaires recherchés

Le retour à la paix, à la sécurité et à la stabilité, des conditions essentielles à la reconstruction et au développement du pays, a permis au Tchad de mettre en route de vastes réformes, aussi bien politiques et administratives qu’économiques. Aujourd’hui, beaucoup de choses ont été réalisées. Les progrès sensibles accomplis dans les divers secteurs de l’économie, grâce à l’apport des investisseurs privés, notamment étrangers, l’attestent de façon éloquente. Beaucoup reste à faire afin de diversifier encore plus l’économie tchadienne. Face à l’incontournable défi du développement, nombreux sont les partenaires que le pays devra encore attirer dans sa quête permanente de croissance. Voici donc un bref répertoire des partenaires recherchés qui, à l’image de notre immense pays ouvert à tous sans exclusive, est cependant loin d’être exhaustif.


Éducation, formation et emploi

L’être humain étant la clé du développement, tout doit être conçu et entrepris dans le sens de son outillage et de sa perfection, en adéquation avec les exigences de la mondialisation et du marché de l’emploi. Or, le secteur de l’éducation, particulièrement celui de la formation professionnelle, reste trop souvent embryonnaire, avec des structures d’accueil encore loin d’être capables de résorber la pléthore de jeunes en quête de formation que les entreprises appellent de tous leurs vœux. Pour  le développement de ce secteur, l'apport de partenaires extérieurs s'avère indispensable.

Le tissu industriel

Secteur encore peu développé et manquant d'unités de production industrielle. Il y a un réel besoin d'élargir la base productive du pays afin d’être capable de proposer au marché sous régional et international des produits manufacturés. Il faut donc développer la filière agroalimentaire car les produits de l'agriculture, de l'élevage et de la pêche, les principales ressources du pays, offrent à cet égard d'énormes potentialités dont pourraient profiter aussi d’éventuels partenaires et investisseurs privés étrangers.

L’énergie

Le progrès économique reste tributaire des ressources énergétiques. Or, l'électricité est encore un luxe pour le commun des Tchadiens. Il faut des partenaires pour développer l'énergie solaire, éolienne et gazière, dont l’exploitation rationnelle aura notamment des conséquences bénéfiques pour la régénération de la forêt.

Les télécommunications

Les infrastructures de télécommunication sont, elles aussi, loin de satisfaire aux besoins immenses du pays. Seulement 9000 lignes téléphoniques existaient sur l'ensemble du territoire en 1998, dont 83% à N'Djamena, la capitale, alors que le reste était réparti entre neuf villes de province. Ce domaine, ainsi que celui de la téléphonie mobile – deux opérateurs, dont un en instance d'installation – et des nouvelles technologies de l'information et de la télécommunication, présentent des opportunités alléchantes.

Le système bancaire et la micro-finance

Le secteur bancaire, constitué de cinq banques commerciales implantées dans cinq grandes villes du pays, a besoin d'être renforcé. Il faut également  mobiliser l'épargne intérieure afin de constituer une masse critique de capitaux qui seront investis dans le pays. Encore un champ d’action qui attend spécialistes et partenaires de tous les horizons.

Le tissu des PME

Les PME jouent un rôle prépondérant dans le développement économique du Tchad : création d'emplois, contribution croissante à la formation du PIB, valorisation des produits locaux, développement régional, etc. Mais ce tissu reste encore très léger et, par conséquent, ouvert aux partenaires qui pourraient mobiliser des capitaux en vue d’investissements dans ce secteur.

Le tourisme

Le secteur du tourisme (tourisme international, tourisme d'affaire, tourisme familial) constitue une source de revenus à développer.  Il y a beaucoup à faire pour doter le pays d'infrastructures d'accueil modernes et performantes, susceptibles d'attirer les visiteurs du monde entier.

Commenter cet article